Skip to content

ANTONIO MACHIN Chanteur Cubain – Photos Vidéos Chanson

janvier 15, 2018
antonio-machin

Qui est ANTONIO MACHIN?

ANTONIO LUGO MACHIN, chanteuse et chanteuse de Boleros, connue dans le monde entier sous le nom artistique d’ANTONIO MACHIN, née; à Sagua la Grande (Cuba), le 11 février 1903, et est décédé à Madrid le 4 août 1977, boléros cubains et chanteur de musique populaire en général. Son répertoire est basé sur la musique cubaine et la ballade romantique. Interprète de prestige reconnu dans le monde hispanophone, il est célèbre pour ses recréations, entre autres, de thèmes tels que El manisero, Dos gardenias, Angelitos negros….. Son album El manisero, enregistré en 1930 et accompagné par l’orchestre de Don Aspiazu pour le groupe new-yorkais, est le premier succès de vente millionnaire de la musique cubaine. Le Presque Espagnol.

Photos ANTONIO MACHIN au Cuba

Chansons ANTONIO machin – Mélodie Cubain

Histoire d’ANTONIO MACHIN chanter Mélodies Cuba – Origine et Trajectoire

Membre d’une famille pauvre et nombreuse (une quinzaine de frères et sœurs) de Sagua La Grande, Antonio a dû travailler depuis son enfance dans différents métiers, selon son âge. Ses parents étaient un émigré galicien, José Lugo Padró n, et un Cubain noir, Leoncia Machí n. Son enfance, selon l’artiste, était  » assez heureuse pour autant qu’elle aille : dans la position de ma famille, qui n’était ni très riche ni très pauvre « . Il aimait toujours chanter et chantait comme ça à chaque fois qu’il en avait l’occasion. Il s’échappe jusqu’ à trois fois avec les médiums itinérants qui traversent sa ville en route pour La Havane. Depuis son enfance, il chante dans les théâtres de sa ville natale et intègre des groupes musicaux en alternance avec son travail du matin. J’ai chanté dans la chorale de l’église, derrière l’écran de cinéma silencieux….. En 1911, le rocher de Sagua le fit chanter sur son autel. A une certaine occasion, à l’occasion d’un festin bienveillant, il joue sur une chaise l’Ave Maria de Schubert: il reçoit les applaudissements de toute la population et lorsque Machí n a 20 ans, son plus grand désir est de chanter « poire ». Bien qu’il comprit rapidement l’impossibilité de son désir de mulâtre, son répertoire fut réduit à Othello, il étudia le bel canto. Toujours encouragé par sa mère, qui était en partie responsable de lui avoir inculqué l’amour de la musique, le père considérait que son activité appartenait à des gens dont la vie n’était pas très bonne. Il ne voulait pas que son fils soit chanteur parce qu’il a décidé que les chanteurs étaient cool. Antonio Machí n (1903-1977)

antonio-machin

Antonio Machí n, 30 grands succès Malgré les obstacles, le jeune Antonio arrive à La Havane en 1926. Il a commencé à chanter dans les cafés à cette époque avec un guitariste nommé Manuel Zaballa. La réputation de l’époque grandit parmi les gens, dont les festivités étaient animées. Mais le destin de l’artiste était dans une radio où il allait chanter. Là, il coïncide avec Don Azpiazu, qui n’hésite pas à l’engager pour rejoindre son orchestre comme second chanteur et à chanter au Casino Nacional de La Havane. Il entame ainsi sa carrière professionnelle en musique. Sans cesser de jouer avec Don Aspiazu, il fonde un sextuor avec Antonio, qui réussit à faire ses premiers enregistrements en 1929, grâce aux victrols à cordes et à la radio qui commençait à se développer – il remporte un succès immédiat. Son premier grand succès fut The Green Eyes, suivi par El Manisero. Il est à noter qu’il fut le premier artiste noir à chanter au Casino Nacional de La Havane, un lieu très exclusif fréquenté par la bourgeoisie la plus exquise.

Succès du chanteur cubain ANTONIO MACHIN – Actualités

Antonio Machí n, toute sa vieEn 1930 il vécut à l’ étranger et ne revint à l’ île de Cuba qu’ en 1958, en avril 1930 Antonio Machí n arriva à New York, intégrant l’ orchestre de Don Azpiazu. Il a fait partie pendant quatre ans de nombreux autres groupes (José Escarpenter et son orchestre, Rafael Herná ndez Antillean Orchestra, Julio Roque et son orchestre, Armando Valdespí et son orchestre, en plus de ceux qu’ il dirigeait lui-même: l’Orquesta Mach? iacute; n et le Cuarteto Mach? iacute; n). Malgré sa présence constante sur les scènes new-yorkaises, où il est célèbre depuis la popularisation de Moisins Simons et l’enregistrement d’un grand nombre d’albums tout au long de la première moitié des années trente, il part pour l’Europe en 1936. Il est ensuite arrivé à Paris, ville où la musique cubaine est très forte depuis la fin des années vingt. Il a formé un groupe appelé Antonio Mach´ n et son Orchestre, avec Mois´ s Simons sur piano, avec lequel il a enregistré la même année en 1936 et aussi avec Eduardo Castellanos Orchestre. La chanteuse est tombée amoureuse d’une Française, Line. Avec elle et son orchestre, elle fera une tournée en Suède. Il était sur le point de s’installer à Stockholm, mais la frénésie l’ a ramené à Paris.

La machinrie est arrivée en Espagne, pays natal de son père, où il a commencé une nouvelle vie et a vécu jusqu’ à sa mort en 1977. Dès le début des années vingt, il avait déjà un frère qui vivait à Séville, Antonio est arrivé en vacances en 1939, essayant d’échapper à la guerre mondiale et s’est trouvé confronté à la réalité espagnole la plus dure et la plus pauvre, avec la guerre civile vient de se terminer. Il est venu avec le saxophoniste dominicain Napoléon Zayas, avec qui il a essayé de s’enrôler pour aller au front et combattre Hitler, jusqu’ à ce qu’ils se rendent compte que ce n’était pas une guerre dans laquelle ils avaient de la concurrence. Il est resté à Madrid et s’est marié en 1943, dans la ville de Séville avec MarÁ ngeles Rodr&iacacute; iacute; guez, où il a apporté une partie de sa famille. Exécuté dans certaines salles de fête comme Shanghai (appelé, après le changement de noms étrangers à des noms castillans, Sala Bolero), en chargeant vingt-cinq pesetas par jour. Le premier succès qu’il remporta en Espagne fut Noche triste, un renard mélancolique gravé du Miuras de Sobr´, un orchestre qui accompagna Mach´ n dans ses premiers succès et dont il se sépara par la suite. D’autres de ses premiers succès furent Como fue, Moreno, Amor Sincero, etc. Bien qu’en 1947, il a obtenu un grand succès en Espagne. C’est à propos des petits anges noirs inoubliables. Au début, c’était une chanson mauresque, qui avec les arrangements musicaux de la fin des années soixante, se transforma en un grand boléro. Deux compositeurs importants dans sa carrière furent les Cubains Oswaldo Farré s: auteur de chansons comme Madrecita, Toda una vida, Don’ t go to deceive me, Maybe, Maybe, maybe, maybe, maybe, maybe, maybe, maybe, maybe, Ay de mi. … et le Mexique Consuelo Velá zquez Consuelo: auteur de Bé mismo mucho, Será por eso et Amar y vivir. Mentionnons à part mérite la version unique de la Cubaine Isolina Carrillo, qui est devenu l’un de ses plus grands succès, Dos gardénias. En Espagne, avec plus de soixante albums déjà enregistrés et avec son Machí n Quartet, l’ accueil est assuré par une adaptation; Comme la phrase, citée dans un grand nombre de détails, montre qu’il s’agissait de La plupart des Espagnols cubains et le plus espagnol des Cubains. En Espagne, Machí n trouve tout ce qu’il cherchait et aime particulièrement Madrid, Séville (où il trouve l’amour) et Barcelone, où il joue pour la première fois lorsqu’il arrive en Espagne; a et est actuellement commémoré avec un monolithe dans le Vicenç Martorell Square of the Ciutat Vella District, à côté de Plaç a de Bonsuccé s, où il pensait vivre juste avant sa mort. Il a commencé pratiquement d’en bas et est devenu un témoin et une bande sonore des histoires d’amour des Espagnols dans les temps difficiles; ciles, sa popularité grandit jusqu’ à ce qu’il soit idolâtré comme les grandes vedettes de la copla, ses chansons devinrent une partie de la mémoire sentimentale de plusieurs générations à travers; En plus de la radio, le seul média existant pour faire connaître la musique du moment, l’un des rares divertissements présents dans cette petite. Paradoxalement, Machí n a été très bien accueilli dans une Espagne monolithique et peu habitué à la diversité des races, il est devenu un mythe marquant la mode musicale avec ses boléros, avec son style personnel de les chanter et avec sa voix, a été appelé sa majesté le boléro, aussi; C’est lui qui a chanté avec son cœur sur les lèvres, et qui est même tombé entre les mains du proverbe populaire en disant « Tu bouges plus que les maracas de machin », prouve que son art atteint l’essence des gens du peuple. En Alcalá de Guadaira (Séville) le 7 juin 1977, il quitte la scène très épuisé et ne pouvait pas revenir. C’était sa dernière performance. Machí n mourut à Madrid le 4 août 1977, dans sa maison de la rue General Mola, à 74 ans, au cimetière de San Fernando de Sevilla, où ses compatriotes et ses proches se souviennent de lui chaque année ou saupoudrent sa tombe de rhum cubain et chantent quelques uns de ses boléros. Le 10 décembre 2006, une statue a été inaugurée en sa mémoire à Séville, œuvre du sculpteur Guillermo Plaza Jim Jimé nez, située sur la Plaza Carmen Bení tez del Barrio de Nervió A Séville, l’image sévillane de Machí n custody et regarde vers l’Hermandad de Los Negritos, à laquelle le chanteur cubain était étroitement lié, en plus d’une rue de Séville porte son nom. Le 22 avril 1981, il reçoit un grand hommage lors d’un concert auquel participent quatre cents artistes de styles différents, au Palais des Déportés de Barcelone. Au Musée de la Museo de la M&Uuacute; s Music Museum de sa ville natale, il conserve plusieurs de ses biens: ses maracas, ses clés et certains de ses disques, ainsi que des photographies de lui-même et de ses proches.

ANTONIO machin Chanteuse de mélodies espagnole