Skip to content

Ballade

Origines de la ballade espagnole

Le genre « ballade », d’origine culturelle parmi les immigrants européens des années 1920 en Amérique, contraste avec le développement de la musique américaine. Le Blues et le Jazz aux Etats-Unis ont subi des transformations qui se sont développées depuis les années 1930 et 1940 et qui ont conduit à l’origine de nouveaux rythmes. Au milieu des années 1950, le rock and roll transforme les genres musicaux contemporains en chant et en instrumentation, avec une première réverbération et des instruments électriques en plus de la traditionnelle symphonie balistique. Les ballades se répandent dans les acétates américains et les films du monde entier, l’influençant également.

L’un des principaux radiodiffuseurs était Elvis Presley, alors qu’en raison de la pression sociale, il a dû quitter le rock and roll, il s’est consacré à la nouvelle ballade. influençant la dernière décennie romantique de Rockslow. (Dirigé par Paul Anka et Neil Sedaka) Les années 1950 sont les années d’après-guerre, l’Europe et l’Asie émergent déjà des ruines de la Seconde Guerre mondiale; l’Amérique latine, l’Europe et les autres continents sont influencés par la musique américaine et produisent des rééditions de ballades américaines avec de nouveaux textes en langues autochtones depuis plus d’une décennie. La musique indigène des pays du monde a été reléguée aux rangs des chanteurs américains (comme Frank Sinatra, Bing Crosby et Dean Martin) qui ont rempli les palmarès des années 1930 à nos jours.

En Amérique latine, la ballade romantique a un point de repère fort dans le boléro latino-américain des années 1950 (Lucho Gatica, Leo Marini), bien qu’elle soit aussi influencée par la chanson romantique française (Charles Aznavour) et italienne (Nicola Di Bari), des années 1960 et 1970. Au Mexique, la première ballade enregistrée comme telle est la Sonate de Mario Alvarez en 1961. En 1965, le compositeur de boléros Armando Manzanero, enregistre sa première ballade: »Poor kisses mine ».

Ballad succès en Amérique

Le premier à montrer que la ballade a été acceptée en Italie, en Amérique latine, en Amérique du Nord et dans le monde entier est l’Italien Domenico Modugno qui a remporté le festival de San Remo de la Canción avec « VOLARE » en 1958; ses chansons en italien et en espagnol ont été des succès musicaux, comme « La distancia es como el viento ». Le Français Charles Aznavour avec la « Bohême » a fait ses débuts au Théâtre de l’Alhambra à Paris et son compatriote Gilbert Bécaud avec  » Nathalie », ils chantent aussi en français et en espagnol, démontrant ainsi que la ballade est bien acceptée à l’international. Il convient également de mentionner l’Italien Nicola Di Bari.

Raphaël et Manuel Alejandro, après avoir triomphé en Espagne avec des chansons comme « Cuando tú no estás », »Yo soy ese » et « Digan lo que diran », Raphaël est venu de gagner le festival Benidorm et des années plus tard sera le gagnant sentimental du festival Eurovision qui a eu lieu en Espagne, lancera pour interpréter la musique populaire mexicaine ouvrant les portes à plus de groupes espagnols à travers le monde hispano-américain. Dans les années 1960, alors que tout le monde avait appris à faire de la musique américaine, les interprètes d’autres pays européens influencés par le boom américain leur font concurrence, comme Charles Aznavour, Domenico Modugno et Salvatore Adamo. En Amérique latine, les boléros continuent à être fabriqués; ainsi, des boléros comme Bobby Capó deviennent populaires avec un nouveau genre, les « bolérobaladas », innovation d’Armando Manzanero. Tout ce genre s’appelait ballade de la nouvelle vague, il n’ y avait pas de dénominations comme ballade latine ou fusion musicale. En Amérique latine, d’importants balladistes sont apparus qui ont d’abord fait du rock and roll, puis de la pop jusqu’ à ce qu’ils arrivent à la Ballade comme Sandro qui a remporté le festival Buenos Ares de la chanson en 1967 avec « Quiero fill me with you » et se répète dans le festival Viña del Mar de la chanson en 1968 et sa renommée a atteint tout le continent, aussi Luis Aguile « Cuando salí de Cuba », Palito Ortega « A mi me pasa lo Dans les années qui suivirent, de nouvelles formes musicales se développèrent à partir de rythmes rock fusionnés avec des rythmes locaux, et les rendant lents, ils firent de la musique qui n’était pas exactement une ballade, mais très romantique. Le soi-disant rock britannique a apporté plus de changements: les chansons deviennent enfantines, les voix s’amincissent. La nouvelle vague argentine lance peu de chansons lentes, son romantisme est généralement vif et dansant à l’américaine, influencé par les réalisations européennes. Pendant ce temps, en Espagne, le Duo Dynamique et surtout Raphaël s’internationalisent, ce dernier réalisant des ballades culte.

Histoire de la ballade espagnole

Dans les années 1970, l’influence du jazz et sa relation avec les techniques de la musique classique ont donné naissance à un mouvement de ballade plus complexe dans les progressions harmoniques, on peut dire que c’est la meilleure décennie pour la même chose, dans laquelle tout le monde se lance pour le réaliser. Dans cet âge d’or, qui a duré jusqu’au milieu des années 80, des artistes tels que Rocío Jurado, José José, Juan Gabriel, Julio Iglesias, Sandro, Camilo Sesto, Raphaël, Roberto Carlos, Rocío Dúrcal et d’autres, ont apporté de grands succès mondiaux sur le marché. Parmi eux, nous pouvons souligner Comme une vague, Madame, Comme Je vous aime, ou Nous avons brisé l’amour de Rocío Jurado; Le triste, Le navire de l’oubli, Vous me manquez, Amour et amour, Sparrowhawk ou colombe, Le passé, passé, Volcano ou Ce qui n’était pas, ne sera pas, José José José; Gwendoline, La vida sigue igual, Soy un truhan, soy un señor, o Beguin the Beguine, de Julio Iglesias; Porque Yo Te Amo, Te Propongo, Rosa…. Rosa, Quiero Llenarme De Ti, Penumbras, Como Te Diré ou El Maniquí de Sandro; Amigo o Detalles, de Roberto Carlos; Fresa Salvaje, Perdame o Vivir así es morir de amor, de Camilo Sesto; Mi gran noche, original de Salvatore Adamo et interprété par Raphaël. Le Rocío Dúrcal espagnol a eu de grands succès dans le monde entier dans les rancheras et les ballades, elle était connue sous le nom de Lady of Song, ses succès parmi ses ballades comprennent les coutumes, l’amour éternel, différent, comme votre femme, comment les années ont passé, Parce que c’est que je vous ai aimé et Infidèle, parmi beaucoup d’autres qui a fait connaître les ballades à des niveaux jamais vu auparavant.

Les années 80 donnent encore à l’impression de bonnes ballades, bien que de plus en plus synthétisées, maintenant les chanteurs latino-américains allaient enregistrer en Espagne, Juan Carlos Calderón serait l’un des derniers à nous donner quelque chose du genre de manière percutante avant que Luis Miguel (son interprète principal) ne se tourne vers le Mexique avec Manzanero pour faire ses albums de boléros.

Parmi les créateurs de ce répertoire figurent des compositeurs tels que Juan Carlos Calderón et Manuel Alejandro.

Ballade latine

Enfin, le mouvement hispanique de la baladistique apparaît en dehors de l’Espagne, bien qu’il ne soit pas fortement influencé par elle, mais avec des éléments de rancheros et de la musique traditionnelle locale de chaque pays, et quelques expériences d’artistes latins d’autres genres qui ont expérimenté avec certaines ballades. La différence la plus notoire avec les Espagnols est qu’ils n’utilisent pas du tout d’orchestre symphonique et qu’ils parient totalement sur le synthétiseur, ce qui lui donne un usage ingénieux et très original pour exprimer leur musique. L’exposant pionnier du genre est Ana Gabriel, avec des chansons déchirantes qui permettront aux groupes de Chicha (Bronco, etc.) d’introduire des ballades reproduisant le style de leur travail.

Mais c’est le groupe mexicain de style Euro-Anglais (Punkdark) »Los Caifanes » dont les musiciens ont cultivé l’ancienne musique latino-américaine responsable de la résurgence de la musique latino-américaine après l’obscurantisme de la seconde moitié du siècle (60 – années 90) que celle qui, avec une réédition du thème cubain « La negra Tomasa » (1989) allait magistralement donner les lignes directrices de l’utilisation des instruments. De là, des artistes comme Ricardo Montaner ou le duo Sin Bandera se consacreront au son avec des ballades latines, les interminables feuilletons latino-américains devenant pour eux la bande originale de référence, même si leur qualité ne va pas jusqu’ à les internationaliser, ils expriment parfaitement les sentiments de la jeunesse romantique de leur pays.

Alors que dans les années 1990, des balladistes et des vendeurs mexicains plus convaincants ont commencé à apparaître, remplaçant la distribution espagnole des Américains sous le nom de « John William Hartfiel » (compositeur et producteur du RBD mexicain). Des groupes de rock comme Maná fusionnent avec des rythmes locaux pour obtenir de bons résultats grâce aux expériences qui avaient déjà fourni des artistes argentins comme Sandro de América, Sui Generis, Los Abuelos de la Nada, Fito Páez parmi des artistes d’autres genres qui s’encourageaient déjà à imprimer des ballades qu’ils produisaient eux-mêmes et qui étaient éblouissantes par la qualité de la musique de ce pays, bien avant que certains tangos ne se terminent. En même temps, l’auteur-compositeur-interprète cubain Silvio Rodríguez a fait des ballades originales mais magnifiques (« Unicornio », »El sol no no nos da beber ») encadrées dans la Nueva Trova de son pays.

Nouvelles de la ballade en espagnol

Depuis les années 1990, l’influence nord-américaine et les processus d’internationalisation des médias qui la composent ont contribué à répandre la ballade romantique et à l’homogénéiser davantage autour d’une identité latine commune. La production de ballades à la manière hispanique a été comprise par plusieurs pays; en Asie de l’Est, entre autres, une production remarquable à mentionner: »From The Beginning Until Now » de Ryu Shi Won (mélancolique, connue sous le nom de Winter Sonata Winter Sonata, drame de Corée du Sud). Dans le cadre du processus d’américanisation latino-américaine aux Etats-Unis et de la présence dominante dans le genre des maisons de disques multinationales, Miami est devenu le principal centre de production de ballades3, ce qui a alimenté les tendances à migrer vers cette ville américaine de chanteurs, producteurs, musiciens latino-américains et espagnols. Mais puis l’Italie (Laura Pausini, Tiziano Ferro, etc.) a fait connaître des compositions comme Valsiglio grâce aux traductions de ses paroles faites en Espagne depuis les années 1990 qui gagnent du terrain dans la ballade en espagnol.

fr_FRFrench