Skip to content

CONCHITA PIQUER Chanteuse ballade espagnole – Photos Vidéos Chanson

janvier 15, 2018
conchita-piquer

Qui est CONCHITA PIQUER?

CONCHA PIQUER LÓPEZ, artiste Paya de la chanson espagnole, connue dans le monde entier sous le nom de CONCHITA PIQUER, la fille qui est venue au monde le 8 décembre 1906, dans le quartier valencien de Sagunto, et est décédée le 12 décembre 1990. Les origines de Conchita Piquer furent très humbles. Elle était la première et pourtant cinquième fille du couple marié formé par Pascual Piquer, maçon, et Ramona Lopez, couturière. Quatre frères sont nés avant et tous étaient morts, une malédiction qui pèsera toujours lourdement et dramatiquement sur la famille. Elle était belle et ne semblait pas avoir la santé fragile de ses frères. En 1917, alors qu’elle n’avait que 8 ans, Conchita se produit au Teatro Sogueros et, comme elle le dit à sa fille, Conchita Márquez Piquer, demande le directeur et dit: »Je viens chanter » En 1921, quand elle a quinze ans, elle rencontre l’homme et le musicien qui a défini sa vie: le maître Penella.

Et avec lui et sa compagnie, il est allé en Amérique. La nuit de la première à New York, John Cort, l’homme d’affaires du théâtre, est venu les saluer et a été étonné par la grâce et la beauté de Conchita, qui planait dans les coulisses. Il a posé des questions sur le rôle qu’il jouait dans la pièce et on lui a dit qu’aucun d’entre eux ne le faisait et il a insisté pour qu’il veuille voir le lendemain cette belle fille chanter dans son théâtre, que ce soit en anglais, en espagnol ou en tagalog. Et il chantait. Le même soir, Maître Penella composa pour lui « El Florero ». Elle portait un guayabera, un pantalon, une écharpe et un chapeau blanc. Le succès était retentissant et à partir de ce moment, les Américains l’appelaient toujours « The Flower’s Boy ».

Photos CONCHITA PIQUER en Espagne

conchita-piquer

Chansons CONCHITA PIQUER – Ballade espagnole

Histoire de la chanteuse CONCHITA PIQUER ballade espagnole – Origine et trajectoire

Elle se produit à Broadway jusqu’en 1927, quand elle décide de revenir, convaincue que si en Amérique elle est une grande vedette, en Espagne elle pourrait devenir la star absolue, ce qui marquerait une nouvelle ère du spectacle. La première a eu lieu à Madrid le 6 juillet 1927 et l’attente ne pouvait pas être plus grande. Parmi les spectateurs, on comptait: le Président du Gouvernement et Dictateur Miguel Primo de Rivera, le dramaturge et Prix Nobel Jacinto Benavente, les très populaires Frères Quintero et une longue liste d’autres. Dans l’ombre lointaine mais omniprésente du Piquer, se développe une génération impressionnante d’artistes qui se forment parfois dans leurs spectacles, comme Manolo Caracol ou Juanito Valderrama.

Ce n’est pas non plus un hasard si la première du Piquer en Espagne a lieu le 27 puisque la véritable vulgarisation, tantôt sublime et tantôt plébéienne du « Romancero Gitano » de Lorca atteindra le grand public dans les paroles de Rafael de León pour le Piquer. Entre 1929 et 1931, Conchita fait trois rencontres qui seront décisives dans sa vie: elle rencontre le torero Antonio Márquez, dont elle tombe amoureuse dans une mascarade, le maestro Quiroga et Rafael de León, qui doit être le parolier de ses plus grands succès. Il alterne ses œuvres théâtrales et cinématographiques, tourne des films comme « El negro que tenía el alma blanca » et « La bodega » de Benito Perojo ou « La Dolores » de Florian Rey, peut-être le film le plus connu de tous. Ce sont de bons films et en eux Conchita va bien, mais tout comme il suffit d’entendre une strophe de certaines de ses chansons pour se laisser entraîner dans son art, dans ses films « elle ne passe pas l’écran ».

 

En 1933, il a déménagé pour vivre avec Antonio Márquez, bien que le torero a été marié à une femme cubaine, il avait une fille et il n’ a jamais divorcé. Martín de Plaza, auteur de la biographie non autorisée de Conchita Piquer, nous raconte. La guerre la surprend à Séville, avec Antonio et sa sœur Anitín, confidente, secrétaire et presque tout. Que Conchita et son mari s’identifièrent davantage à la révolte qu’aux révolutionnaires ne fait guère de doute. La preuve en est qu’il a rapidement monté ses propres spectacles, en ligne avec les précédents et ceux qui allaient suivre. Au début des années 1940, il forme la « Compañía de Arte Folklórico Andaluz Escenificado ». Dans ces spectacles qui parcourent toute l’Espagne, Piquer a déjà transporté presque toutes ses grandes chansons: »La Parrala », »Tattoo », »A la lima y al lima »… Et celle qui pour beaucoup est la meilleure: »Ojos verdes ».

Succès du chanteur CONCHITA PIQUER – Actualités

Anacleto Rodríguez Moyano, grand connaisseur de la copla et auteur de la première biographie sur Concha Piquer, nous dit ce que signifiait cette chanson. 1945 est l’année de sa maternité de rêve. On dit qu’elle était à nouveau enceinte (il avait perdu au moins deux créatures avant l’accouchement) quand elle est partie pour Buenos Aires sur un bateau appelé « Cabo de Buena Esperanza » (Cap de Bonne Espérance). Dans cet état, elle est arrivée et dans cet état, elle a continué à donner naissance à sa fille Conchín, qui a toujours été sa faiblesse, le cas échéant. Entre 1947, année de son retour en Espagne après son apogée américaine, et 1958, lorsqu’elle décide irrévocablement de prendre sa retraite à Isla Cristina, Conchita Piquer entame une carrière professionnelle exemplaire. L’artiste Carmen Jara qui a fait la connaissance du Piquer a assisté à cette dernière représentation.

Il ne chante plus qu’une seule fois, en 1988, à l’occasion du baptême de sa petite-fille Iris, qui avec Coral est le fruit du mariage de Conchita Márquez et Curro Romero. Nous allons écouter un fragment de l’interview qu’Encarna Sanchez a faite à la grand-mère heureuse à cette occasion: elle a aussi chanté à Federico Jiménez Losantos, sans avertissement et a capella, en remerciement pour un semblant qu’il lui a dédié pour les vagues quelques années avant sa mort. Ecoutons-la. L’année de son quatre-vingtième anniversaire, Antonio Márquez et Conchita sont décédés deux ans plus tard. Le 12 décembre 1990. Elle mourut dans son sommeil, et sa sœur Anitín l’habilla pour le dernier voyage dans une de ses chansons les plus populaires, la « Parrala ». C’est la vie périlleuse et énigmatique d’une femme qui a su garder ses secrets comme personne d’autre. Mais son grand secret, qui est gardé dans les oreilles de l’âme et la mémoire de notre peuple, est heureusement un secret ouvert: la. Ce qui revient à dire: Conchita Piquer.

 

La chanson espagnole, dans ses plus grands succès, constitue l’expression parfaite et emphatique d’une émotion intime, d’une histoire dramatique, de la grâce populaire, semblable parfois à l’arôme des citronniers, tranchante, d’autres, comme un stylet. Le monde, accablé d’ennuis, se réfugie instinctivement dans la chanson. Elle apparaît partout, dans toutes les langues et sous n’importe quel prétexte. La vérité authentique ne naît pas de prétextes, mais de raisons humaines et éternelles, telles que la rumeur, la jalousie, le désespoir et le désir de vivre ou de mourir. Et tout ce contenu spirituel, et passionné, fait son chemin dans les âmes et règne sur elles quand les lèvres de Conchita Piquer coulent, se font chanter. L’écho d’un vieux chant ressuscite dans notre mémoire, comme par ensalmo, les souvenirs d’une époque plus ou moins lointaine. Les chansons de Conchita Piquer marquent, par elles-mêmes, une époque décisive, sans possibilité au-delà dans les chemins de l’art. Conchita Piquer, dans ses merveilleuses interprétations miraculeuses de sa voix chaleureuse et son accent charmant, chante, pleure, parle et rit comme ils le font. quand c’est vrai, les femmes d’Espagne. Parce que dans Conchita Piquer ont été fusionnés, dans un seul art plein de sincérité, la chanteuse l’actrice, la maîtrise et le sentiment, la tendresse et le courage….. Ainsi, dans Picadita de viruelas, c’est une peur très drôle; et orgueil de la maturité triomphale dans Amante de Abril y Mayo; cri rebelle, qui devient humble supplication, dans Cárcel de Oro…. La vibration dramatique de Conchita Piquer atteint des limites surhumaines dans Tomorrow sort, et pourtant je vous aime et Romance du courage, tous ces titres forment le COPLAS BRIDGE que Quintero, León et Quiroga, avaient pour elle sur les scènes espagnoles. Et ce PONT COPLA est celui que la COLOMBIE, sans négliger aucun effort, offre à ses clients et amis, pour qu’ils puissent admirer, avec plus de raison que jamais, l’art souverain de Conchita Piquer.

La découverte d’une cassette à la Bibliothèque du Congrès américain démontre que Concha Piquer a chanté à l’écran quatre ans avant « The Jazz chanter ».

Une cassette trouvée à la Library of Congress prouve que Concha Piquer a joué dans le premier film sonore de langue espagnole en 1923, quatre ans avant qu’Alan Crosland ne tourne El cantor de jazz, considéré par les historiens comme la première œuvre cinématographique parlée. Des extraits de ce film seront diffusés demain par La 2 de Televisión Española dans le cadre du documentaire Conchita Piquer, réalisé par Jorge M. Reverte et du scénario d’Agustín Tena, qui a localisé et récupéré le film à Washington plus tôt cette année. Non seulement c’est le premier film sonore en espagnol, mais c’est quatre ans avant ce qui est officiellement considéré comme le premier, explique Tena. Il s’agit d’un film de onze minutes que Lee DeForest a tourné avec une adolescente Concha Piquer et qui comprend des récitations, un coupé andalou, une jota aragonaise et même un fado portugais (Ainda Mais), ce qui en fait aussi, selon Tena, le premier film sonore portugais. Dans le film, projeté au cinéma Rivoli à New York en 1923, l’artiste valencienne accompagne les danses et les chants avec ses castagnettes. Une biographie de l’artiste de Green Eyes mentionnait déjà l’existence de ce film, bien qu’il remonte à 1927, car c’est cette année-là que DeForest se rendit en Espagne pour tenter de vendre son système de films sonores. Cependant, Tena trouva dans la base de données cinématographiques Internet Movie Data Base (IMDB), la plus grande et la plus fiable des bases de données cinématographiques sur Internet, que le copyright du film apparaissait en 1923, et avec cette information il trouva un collectionneur américain, maintenant octogénaire, qui avait la bande en sa possession jusqu’ à ce qu’il la cède à la Library of Congress. Le film est finalement apparu dans cet endroit et le Congrès américain a donné les droits mondiaux du film au producteur du documentaire Conchita Piquer, dont une copie sera donnée à la cinémathèque espagnole, a ajouté Tena.

CONCHITA PIQUER Chanteuse de ballades espagnole

fr_FRFrench