Skip to content

JOAN MANUEL SERRAT chanteur et auteur-compositeur espagnol – Photos Vidéos Chanson

janvier 20, 2018
serrat

Qui est JOAN MANUEL SERRAT?

JOAN MANUEL SERRAT TERESA, chanteur de clown catalan, est un auteur-compositeur-interprète, compositeur et interprète, poète et musicien espagnol, l’une des figures les plus remarquables de la chanson moderne espagnole et catalane, connue dans le monde entier sous le nom artistique de JOAN MANUEL SERRAT, est née le 27 décembre 1943 dans le quartier de Barcelone de Poblé-sec, connu sous le surnom de Son père, Joseph Serrat, était un anarchiste catalan affilié à la CNT et sa mère, Ángeles Teresa, une ménagère de Belchite (Zaragoza). Son enfance et l’atmosphère de la rue le marquent profondément, à tel point qu’un grand nombre de ses chansons racontent la cotidaniedad de Catalogne après la guerre de Sécession (exemples: La Carmeta, La tieta et El drapaire comme personnages stéréotypés de son quartier). A l’âge de 12 ans, Serrat s’inscrit comme étudiant interne à l’Universidad Laboral de Tarragona, où il achèvera son diplôme supérieur de bachelier en droit du travail avec la spécialité de l’exploitation minière industrielle dans la modalité du tour de fraisage. Il obtient une bourse d’études pour être biologiste et travaille comme sexer de poulet.

Photos JOAN MANUEL SERRAT en Espagne

Chansons JOAN MANUEL SERRAT – Compositeur espagnol

Histoire du chanteur JOAN MANUEL SERRAT Compositeur espagnol – Origine et Trajectoire

Serrat étudie en tant qu’expert industriel tout en jouant de la guitare en tant qu’amateur. En 1965, il obtient son diplôme d’agronome et se présente dans le programme Radioscope, présenté par Salvador Escamilla à Radio Barcelona pour interpréter ses premières chansons, qui lui offre la première occasion de se produire en public. Peu de temps après, on l’appelle pour lui proposer un contrat et enregistrer son premier album. Serrat a été l’un des pionniers de ce que l’on a appelé la Nova Cançó catalane, étant un membre du groupe Els Setze Jutges (qu’il a rejoint en tant que treizième membre), un groupe de chanteurs de langue catalane qui se réfère à la chanson française (avec des représentants tels que Jacques Brel, Georges Brassens ou Léo Ferré, entre autres) et qui défend la langue catalane pendant le catalan. Lorsque, à la fin des années 1960, Serrat commença à chanter en espagnol, apparaissant sur les couvertures de magazines de fans et faisant des films, ce qui amena certains de ses fidèles de longue date à le considérer comme un traître à la cause catalaniste.

serrat

Joan Manuel Serrat Joan Manuel Serrat reçoit le Silver Fiambrera 2001 de l’Ateneo de Córdoba, en 1965 le premier enregistrement est sorti avec quatre chansons, l’EP Una guitarra con las canciones Una guitarra, Ella em deixa, La mort de l’avi et El mocador. En 1966, le deuxième EP Ara qui tinc vint anys avec les chansons Ara que tinc vint anys, Quan arriba el fred, El drapaire et Sota un cirererer florit. Le musicien Francesc Burrull collabore avec Joan Manuel Serrat depuis 1967 en signant les arrangements de l’EP Cançó de matinada, où en plus de la chanson du même nom sont Me’ n vaig a peu, Paraules d’amor et Les sabates. En 1972, il rencontre à nouveau Serrat pour signer les arrangements de l’album Miguel Hernández, l’une des œuvres les plus remarquables de l’auteur-compositeur-interprète catalan, dont il sera le directeur musical et pianiste au début des années 1970 jusqu’au retour de Ricard Miralles en 1974. Fidèle à cet engagement pour les chansons de Serrat, il donne un récital avec la chanteuse Laura Simó, qu’il présente depuis 2002, une promenade anthologique à travers le travail de l’auteur-compositeur-interprète barcelonais, publié en 2007 sous forme de CD. En 1967 apparaît également le single avec les chansons populaires La tieta et Cançó de bressol, ainsi que son premier album de longue durée, le LP en catalan Ara que tinc vint anys qui comprend certaines des chansons publiées en singles ou EP précédemment, ainsi que Balada per a un trobador, Els vells amants et Els titelles. En 1968, il publie ses premières chansons en espagnol, avec plusieurs singles qui seront inclus dans le LP La paloma l’année suivante. En même temps, il composait de nouvelles chansons en catalan qui étaient également publiées dans un format simple. En 1969 sort l’album Com ho fa el vent, Joan Manuel Serrat, microsurco en 1965les chansons Una guitarra, Ella em deixa, La mort de l’avi et El mocador.

En 1968, il a été annoncé que Serrat sera le représentant de l’Espagne au Festival Eurovision. Pour ce qui est de la chanson à interpréter, deux chansons ont été mélangées: El titiritero, de Serrat lui-même, et La, La, La, La, La. En fin de compte, il a été décidé que le représentant de l’Espagne serait ce dernier, car il a été jugé plus approprié pour le festival. La chanson n’ a pas été composée par Serrat, mais par Manuel de la Calva et Ramón Arcusa (membres du Duo Dynamique), qui, cependant, s’appuyaient sur le style poétique présent dans les paroles de Serrat, ainsi que sur leurs propres thèmes: chanter aux choses simples de la vie (la mère, la terre, l’éveil d’un nouveau jour, la nature). Serrat commence à recevoir beaucoup de pression de la part de certains membres du Nova Cançó et d’autres secteurs catalanistes pour chanter en espagnol. Face à ce climat de plaintes, sa maison de disques catalane, Edigsa, a décidé de reporter la sortie du deuxième album de l’auteur-compositeur-interprète catalan Cançons tradicional, le 8 mars dernier, une émission spéciale de la Télévision espagnole intitulée Así es es es… C’est ainsi qu’il chante… Ainsi compose… Joan Manuel Serrat, pour promouvoir à la télévision le représentant nouvellement nommé à l’Eurovision. Il chante quatre chansons en catalan et les trois qu’il a enregistrées en espagnol: Cançó de matinada, Paraules d’amor, El titiritero, Me’ n vaig a peu, Mis gaviotas, Poema de amor et Ara que tinc vint anys. Après avoir enregistré la chanson en studio en plusieurs langues (et en faisant l’équivalent des vidéoclips actuels) pour différentes chaînes de télévision européennes, Serrat a annoncé le 25 mars qu’il n’ira pas à l’Eurovision s’il ne chante pas le La, la, la, la en catalan. La version la plus répandue que Serrat ait jamais nié – sur ce fait inhabituel était dû à ce que Serrat avait décidé de ne pas chanter s’il ne pouvait pas le faire en catalan, comme une manière de dire qu’il voulait attirer l’attention sur la situation marginale dans laquelle la langue catalane a été maintenue. Pour d’autres, c’était un coup publicitaire. Ainsi, comme le souligne Àngel Casas dans son livre 45 révolutions en Espagne, ce qui s’est vraiment passé, c’est que son représentant, José María Lasso de la Vega, a décidé de tenter de récupérer son public plus catalaniste, qui perdait peu à peu. Il s’agissait de Serrat chantant un couplet de la chanson en catalan pendant le festival. Le représentant a pensé que le meilleur moyen d’ y parvenir serait de dire que le chanteur exigeait de chanter toutes les paroles en catalan pour qu’après une prétendue négociation avec les autorités, il puisse parvenir à un accord qui lui permette au moins de chanter le vers tant convoité et ainsi satisfaire l’auditoire chez lui. Cependant, ce plan a échoué. Il semble que le régime franquiste n’ait pas du tout aimé l’idée, ce qui a valu à Serrat un droit de veto prolongé à la radio et à la télévision nationale. Son poste au festival a été occupé par la chanteuse Massiel, qui n’ a eu que quelques jours pour répéter et promouvoir la chanson et qui a également remporté le prix avec le même thème. En 1969, son premier fils, Queco, naquit et fit son premier tour d’Amérique du Sud, qui devint une habitude à partir de ce moment-là. La même année, il publie l’album intitulé Dedicated to Antonio Machado, poète, avec lequel il remporte un grand succès de vente, malgré le veto qui pèse sur lui, ce qui l’empêche même de promouvoir ses œuvres par la radio. Il a participé au Festival Viña del Mar en 1970 en tant qu’artiste invité et a remporté le Festival de Rio de Janeiro avec la chanson Penélope, composée en collaboration avec Augusto Algueró.

Mon enfance est née en 1970. De ce dernier album sont sortis deux chansons modifiées par la censure Franco, comme Fiesta et Muchacha typique, qui sortent dans leur version originale en Amérique latine, laissant la modification pour l’Espagne. De cette période est également Edurne, qui est publié en 1974, et n’échappe pas non plus à la censure. A la fin de cette année, l’album Serrat/4 voit comment une de ses chansons est affectée par la censure: Conillet de vellut (Verciopelo Bunny) est censuré pour la mention d’une relation sexuelle impliquant trois personnes. A la fin des années 1970, il fut enfermé au Monastère de Montserrat, à Barcelone, avec un groupe d’intellectuels et d’artistes, en signe de protestation contre le procès de Burgos et contre la peine de mort. Certaines légendes urbaines affirment que dans ce confinement, il a composé le chant Mediterráneo, qu’il appelle dans ses premières ébauches « Amo el mar e Hijo del Mediterráneo »(Amo el mar e Hijo del Mediterráneo). Cependant, ce morceau a été composé, comme le reste de l’album, entre août et novembre 1970, selon les propres déclarations de Serrat, à cheval sur l’Hôtel Batlle de Calella de Palafrugell (Costa Brava), Fuenterrabía (Pays Basque) et Cala d’Or à Majorque. En 1971, il sort enfin Mediterráneo, l’un de ses albums les plus importants. Cet album comprend la chanson Aquellas pequeños cosas, qui contient l’une de ses paroles les plus personnelles et évocatrices. Il parvient à être dans le top 10 des albums les plus vendus en Espagne depuis près d’un an, et plusieurs semaines comme le numéro un absolu, en dépit de la censure stricte contre lui. Il participe pour la deuxième fois au Festival de Viña del Mar, se produisant gratuitement pour soutenir le gouvernement de Salvador Allende. L’année suivante, son album hommage Miguel Hernández rend hommage à l’un des grands poètes des lettres hispaniques. En 1973, il publie le LP Per al meu amic en catalan, considéré par certains critiques comme l’un des plus réussis de sa carrière. Enfin, en 1974, il est retiré de son droit de veto à la Télévision espagnole, offrant le spécial A su aire, dans lequel il interprète également des chansons en catalan. En 1975, le régime franquiste condamne à mort un groupe de soldats du FRAP. Lorsque l’exécution est exécutée, Serrat est au Mexique et en conférence de presse condamne le régime franquiste et les mesures répressives. Il a également exprimé sa solidarité avec la position du Président mexicain Luis Echeverría Álvarez, qui a maintenu la position du Mexique de ne reconnaître que le gouvernement de la deuxième République espagnole en exil. A la suite de ces déclarations, il doit s’exiler pendant un an au Mexique, en raison du mandat d’arrêt lancé contre lui.

Succès de la chanteuse JOAN MANUEL SERRAT – Actualités

De plus, comme cela s’était déjà produit en 1968, son œuvre fut retirée et censurée par le régime. Particulièrement touché par son récent album… Pour Apple Skin, le premier qu’il enregistre pour Ariola. Pendant son séjour au Mexique, il ne peut pas composer de chansons. En fait, l’album qu’il sort l’année suivante n’est que la fin d’un processus antérieur. Il fait une tournée avec ses musiciens à travers le territoire mexicain en bus, La Gordita, offrant des récitals à petit prix. Serrat a avoué que c’était une période très difficile de sa vie, car il vivait dans l’inconfort constant de ne pas savoir s’il retournerait à sa terre demain ou ne reviendrait jamais. Aussi de cette époque sont ses chansons les plus combatives. Bien qu’il ne compose pas, il utilise les compositions d’autres auteurs-compositeurs-interprètes ou musicalise des poèmes d’autres poètes qui servent à exprimer la posture combative qu’il a postulée dans ces moments de précarité. Il ne tourne pas dans toute l’Amérique latine parce que certaines dictatures lui avaient déjà tacitement refusé l’entrée, comme celle du Chili.

Joan Manuel Serrat Joan Manuel Serrat, poète universel Serrat en Espagne démocratique. En 1977, il publie l’album hommage au poète catalan Joan Salvat-Papasseit intitulé Res no és mesquí (Nada es mezquino), avec des arrangements du musicien Josep Maria Bardagí. Ceci, dans le contexte d’un retour à une Espagne indécise et raréfiée après la mort du dictateur Franco. Il le fait avec crainte, car comme l’amnistie n’ a pas encore été promulguée, il est possible qu’il soit appréhendé et poursuivi. Heureusement, rien ne se passe et Serrat retourne timidement à la vie publique dans son pays. En 1978, il épousa Candela Tiffón et un an plus tard, sa fille María naquit et enregistra son album en 1978. Enfin, grâce à la loi d’amnistie promulguée cette année-là, sous le gouvernement d’Adolfo Suárez, il a perdu ses craintes et a participé activement aux campagnes politiques en faveur du PSOE. En 1980, il sort son album Tal com raja (traduit en espagnol, »Tal como sale »). Son père Josep Serrat meurt, ce qui porte un dur coup à sa vie privée. Maturité[modifier]En 1981, il publie In Transit, avec lequel il parvient à se positionner en tête des palmarès espagnols et donne un air mûr et renouvelé à son œuvre. Cette année-là, il retourne à TVE, dans une émission spéciale d’une heure, sous le titre de Música, maestro. Il débute avec Visca l’amor, un poème de Salvat-Papasseit, sur une musique de Guillermina Motta. Plus tard, ses concerts s’ouvrent avec l’extension des arrangements de Para la libertad, un poème de Miguel Hernández musicalisé par Serrat. En 1983, Cada loco sort sa chanson, un album avec de superbes chansons. Il a fait un grand tour de l’Amérique du Sud sauf le Chili, parce que son entrée dans ce pays est empêché par un décret émis par le ministère de l’Intérieur du dictateur Pinochet. En Argentine, avec le retrait imminent de la dictature du processus de réorganisation nationale, son récital à Luna Park est un événement historique qui symbolise la victoire de la démocratie.6] La même année sort un double LP contenant la 83e tournée espagnole: En vivo. Peu de temps avant cela, un vinyl illégal avec le même titre avait été sorti, mieux connu sous le nom de Serrat al Grec, qui consiste en la publication de quelques chansons de Serrat jouées live, l’album est opportunément retiré. Une publicité de compresses où la chanson Hoy peut être un grand jour sans l’autorisation expresse de Serrat provoque son indignation et un conflit avec son représentant, qui finit par perdre son poste. En 1984, il a publié Fa vint anys que tinc vint anys, avec les chansons Plany al mar et Seria fantàstic comme tubes principaux, et en 1985 El Sur existe aussi, des poèmes musicalisants du poète uruguayen Mario Benedetti. Il a également édité Bienaventurados en 1987, une critique sévère des Eglises chrétiennes, catholiques et protestantes, et des dictatures qui subsistent encore (Leçons d’urbanité); et Material sensible en 1989, un ouvrage en catalan qui signifie le dernier disque sur lequel Capgròs travaillerait.Le chanteur catalan revient sur scène seul après sa tournée avec Sabina, le chanteur catalan revient sur scène seul après sa tournée avec Sabina.
En 1991, il sort son album Utopia et en 1994, No One’s Perfect. En 1996, il crée son double album en hommage à ses compagnons du nova cançó, intitulé Banda sonora d’un temps, d’un país, le dernier album de Serrat à sortir en format LP (Ariola, 1996). La même année, il se joint à Víctor Manuel, Ana Belén et Miguel Ríos pour faire une tournée dans toute l’Espagne avec le spectacle El gusto es nuestro, qui est porté par plusieurs pays d’Amérique en 1997, et qui sort également sur disque et DVD. En 1998, il monte Shadows of China, avec des arrangements de Kitflus, qui participe également à la composition de certaines chansons. Plus tard, il rend hommage à la chanson latino-américaine dans Cansiones, signée par Tarrés|Serrat en 2000, avec des adaptations de chansons populaires de plusieurs pays d’Amérique latine, et des auteurs célèbres comme Violeta Parra, Víctor Jara, Simón Díaz, José Alfredo Jiménez et Enrique Santos Discépolo, entre autres. En l’an 2000, ses enregistrements officiels précédents ont été numérisés sous forme de CD. Serrat commence le nouveau siècle avec son album Versos en la boca, publié en 2002, dans lequel il donne la parole aux poètes Tito Muñoz, Eduardo Galeano et Luis García Montero, en plus de ses propres chansons après quatre ans. Fin 2003, il lance Serrat en collaboration avec l’Orquesta Sinfónica de Barcelona y Nacional de Cataluña, sous la direction musicale du maestro Joan Albert Amargós, avec la collaboration spéciale de Ricard Miralles au piano et Roger Blavia aux percussions. Dans cette production, il présente 15 chansons déjà connues et une nouvelle, le poème de Federico García Lorca intitulé Herido de amor, que Serrat avait déjà musicalisé pour Ana Belén.En 2004, il a participé au projet Neruda en el corazón, avec un album collectif dans lequel il interprète le Poème XX de Pablo Neruda, avec la musique de Ramón Ayala El Mensu, le spectacle a été présenté en direct lors d’un seul concert le 5 juillet 2004 au Palau Sant Jordi de Barcelone, dans le cadre de la programmation du Forum Universel des Cultures 2004 à Barcelone. Toujours en 2004, El Periódico de Catalunya lui décerne le prix Català de l’Any Award en hommage à ses 40 ans de carrière, et la même année, il participe à l’acte institutionnel de la Fête Nationale de Catalogne dans le Parque de la Ciudadela, en interprétant Cançó de bressol. Déjà en 2004, lors de la tournée Versos en la boca, on disait qu’il souffrait de quelque chose de mauvais. Toutefois, devant les enquêtes de presse, Serrat, avec beaucoup d’humour, a fait remarquer: Si le médecin me demande de quitter le vin, changer de médecin. Je faisais déjà un processus de chimiothérapie en silence, pour tenter de réduire un carcinome dans la vessie. En 2005, les nouvelles de la maladie ont été rendues publiques. Les salutations et les expressions d’appréciation de l’auteur-compositeur-interprète étaient lisibles dans divers forums Internet. Cela a également entraîné l’émergence de communautés virtuelles par le biais du réseau, ainsi qu’une participation accrue de nouveaux utilisateurs aux communautés existantes. Son site Web officiel dépassait alors le million de visites et leur taux de croissance continuait d’augmenter rapidement. Après sa convalescence, il entame une nouvelle tournée intime avec Ricard Miralles qui interprète ses classiques sous le titre Serrat 100×100, tournée de 150 concerts qui débute le 6 mai 2005 à Valladolid et se termine le 14 décembre 2006 à Saint-Sébastien. Le 15 mars 2006, il a reçu son doctorat honoris causa de l’Universidad Complutense de Madrid[7] pour sa contribution à la culture espagnole en général et à la culture catalane en particulier et, dix jours plus tard, la Médaille d’Or du Mérite au Travail pour l’ensemble de sa carrière professionnelle. 2006, Serrat a reçu la Médaille d’Or de la ville de Barcelone. Le 18 avril 2006, il sort l’album Mô con canciones en catalán, sa première production dans cette langue en 17 ans. Mô est le nom donné par les habitants de la ville de Mahón, à Minorque, ville où Serrat a une maison et passe l’été. Au cours des mois suivants, Serrat effectue une tournée de 48 concerts pour promouvoir ce nouvel album en Catalogne, à Valence, aux Iles Baléares et à Madrid, commence les 27 et 28 avril 2006 à Mahón (Menorca), donne 19 concerts au Théâtre National de Catalogne à Barcelone et termine la tournée le 4 octobre 2006 à Gérone, après quoi il poursuivra une deuxième session de concerts avec sa tournée Serrat 100×100. En 2007, il a reçu la Médaille d’Honneur du Parlement de Catalogne en reconnaissance de son travail pour la défense de la langue et de la culture catalanes en tant que membre dans les années soixante d’Els Setze Jutges et Chevalier de la Légion d’Honneur de la République Française. Toujours en 2007, il a fait une tournée avec Joaquín Sabina, Dos pájaros de un tiro, qui les emmène à travers 30 villes espagnoles et 20 villes américaines et qui commence à Saragosse le 29 juin 2007 et se termine le 18 décembre à Buenos Aires (Argentine) après 71 concerts. Dans ce livre, catalan

Serrat nue sa carrière en publiant son recueil de chansons et son autobiographie.

Parmi les raretés il y a cinq reprises différentes de’La, la, la’et des photos personnelles de MADRID – je suis né à la fin de 1943 à Barcelone du père catalan et de la mère aragonaise. Je suis ce qu’on appelle en Catalogne un charnego, un mestizo qui, dans mon cas, n’ a pas hérité de la sagesse du seny catalan ni de l’aragonais reciedumbre, mais qui naturellement a été éduqué à comprendre la diversité et la tolérance de ce qui est différent, confesse Joan Manuel Serrat, qui tout au long des plus de 550 pages de « Algo Personal » nus sa carrière. Penélope « , » Paraules d’amor « , » Aquellas pequeñas cosas « , » Para la libertad « ou » Mediterráneo « sont quelques-unes des chansons écrites par Serrat et figurant ensemble dans son recueil officiel, pour lesquelles le » Nen del Poble Sec « a écrit une courte autobiographie. Il offre des photos et des documents inédits de ses archives personnelles, qui sont en tournée en Amérique. Plus de 400 chansons ont été composées en 44 ans de sa carrière, et maintenant il les présente sous forme de recueil de chansons et chronologiquement entre 1965 et 2006 dans ce livre, qui est publié en deux formats par la maison d’édition Temas de Hoy, l’un d’entre eux, l’édition spéciale, comprend des photos et des affiches de l’artiste. Serrat, qui a appris à écrire dans la rue, avoue: j’ai vite compris que nous étions parmi ceux qui ont perdu la guerre, comme la plupart des gens dans ma rue. Une guerre qui a laissé ma mère orpheline, inconsolable mon père et rempli la maison de fantômes qui nous ont hanté toute notre vie. Avec plus de 30 albums dans sa discographie, Serrat se souvient que son premier concert fut à Esplugues de Llobregat, en mai 1965, partageant la scène avec Joan Ramón Bonet et Remei Margarit, nous sommes montés sur scène ensemble. Chacun avec sa chaise et ses chansons. D’abord un, puis l’autre. C’était comme chanter dans le salon, pour une réunion d’amis. Ça peut paraître peu professionnel, mais il avait son charme. Le livre rassemble des bandes dessinées et des dessins animés qui se réfèrent à l’auteur-compositeur-interprète et à ses concerts, créés par des auteurs tels que Forges, Quino ou Anoro; parmi les raretés qui y sont rassemblées, on trouve cinq reprises différentes du single « La, la, la, la, la », édité en France, Suède et Allemagne, ainsi que le LP « La Paloma » en Russie. Parmi les photos de’Algo personal’, qui seront en vente la semaine prochaine, se trouve l’une des photos du chanteur déguisé en King Magician avec un enfant dans les bras, une autre entourée de belles fesses cubaines et une autre d’un adolescent Serrat jouant de la guitare aux cheveux très courts.

Mis à jour dimanche 09/11/2008 09:06 (CET) CARLOS DEL AMO (EFE), Serrat, l’étreinte d’une voix
Dans la chanson A quien correspond, de son album En tránsito (1981), il présente devant l’autorité compétente: Un servidor, Joan Manuel Serrat, mariée, d’âge légal, voisine de Camprodon, Girona, fils d’Ángelesy de Josep, de profession d’auteur-compositeur-interprète…. Le Noi del Poble Sec, vénéré le Nano en Amérique Latine, a maintenant 65 ans. Mais il a depuis longtemps cessé de chanter son âge et de chercher des rimes poétiques à l’accumulation de l’expérience. Ce n’est pas les années, mais les dégâts, c’est une de ses phrases habituelles. Joan Manuel Serrat Teresa est né le 27 décembre 1943, à la clinique L’Aliança. Ma mère, Ángelesla Maña, m’ a dit que j’avais eu des moments difficiles parce que ma tête était apparemment un peu excessive. En fait, j’étais têtue depuis le début. Sur l’échelle de la clinique, j’ai jeté un poids de cinq kilos… De là, il est passé à un modeste appartement du Poble Sec, dans la rue Poète Cabanyes: El meu carrer / és fosc i tort, / té gust de port / i nom de poet. Sa mère attendait un enfant, et les rares vêtements de bébé qu’elle avait pu acheter étaient tous roses. Il est né dans une famille de perdants. Sa mère était une couturière énergique de Belchite, scène d’une des batailles les plus sanglantes de la guerre de Sécession en 1937. Dans la famille maternelle, il y avait beaucoup de victimes, y compris le peloton d’exécution des parents des Anges, le père, Josep, était ouvrier et anarchiste. Aucun d’entre eux n’ a renoncé à ses idées pendant cette longue nuit de répression politique et de revanchisme à la fin de la lutte fratricide. Je serais satisfait si je pouvais me mettre au même niveau avec eux. D’avoir la générosité et le dévouement dont mes parents ont fait preuve avec moi pendant une période difficile, ingrate et même cruelle. Il a étudié aux Piaristes de Sant Antoni et à l’Institut Milà i Fontanals. Plus tard, Juanito, comme on le surnommait à l’époque, étudia l’enseignement secondaire à Tarragone. Il a obtenu son diplôme de tourneur meunier et s’est inscrit à l’École d’agronomes. Avec la guitare que son père lui avait donnée et en compagnie de trois compagnons de service militaire, Serrat forme un premier groupe musical. En janvier 1965, il se produit dans Radio-Scope, une émission de Radio Barcelona présentée par Salvador Escamilla. Peu de temps après, il enregistre un premier album avec Una guitarra, Ella em deixa, La mort de l’avi et El mocador, et il est également intégré dans la nouvelle chanson avec Els Setze Jutges. Serrat était le numéro 13. En 1996, il rend hommage à ce mouvement revendiquant avec le double album Banda sonora d? un temps, d? un país, dans lequel il interprète ou réinvente des chansons emblématiques. Sa carrière s’étend sur 43 ans de chansons, dont certaines sont devenues des signes d’identité depuis plusieurs générations. En 1966, il est confronté au dilemme de partager son travail d’expert agronome avec des études de biologie à l’Université de Barcelone ou de devenir artiste. L’année suivante, son troisième album produit deux autres titres emblématiques: Cançó de matinada et Paraules d’amor, dont le destin est marqué pour ce jeune homme qui a commencé à chanter comme un simple passe-temps, et au cas où n’importe quel chanteur déciderait d’inclure mes chansons dans son répertoire. La création serbe s’est déroulée parallèlement à l’engagement personnel. Sa première confrontation avec le franquisme en 1965, alors qu’il refusait de participer à l’Eurovision s’il ne chantait pas en catalan, sera suivie – en septembre 1975 – de déclarations contre le Franco en déclin qui l’obligea à s’exiler au Mexique. Il s’élève également contre les dictatures américaines. Des sujets tels que la Méditerranée, Chansons, Chansons, La Flèche, Votre nom a le goût de l’herbe, Pour la liberté ou Nanas de l’oignon en font une idole pour le public de ces pays. Serrat pense: La seule chose qui vous permet de marcher dans la vie, en sachant d’une certaine façon où vous êtes, réside dans l’engagement. Il a un engagement envers son public. Le Noi del Poble Sec ne se retire pas, il relie d’un tour à l’autre, seul ou accompagné (avec Sabina, en Deux oiseaux d’une pierre)… Retraite? Il répond: »Que le mot joie est beau! » Lluís Bonet Mojica | Barcelone | 27/12/2008 Serrar participe au documentaire sur José Manuel García Gómez

L’auteur-compositeur-interprète catalan a récité « Elegía a Antonio Machado » par le poète de Cadix, quelques instants avant son concert dimanche dernier à San Fernando Sobre el mismo taburete dont il a esquissé des chansons inoubliables pour le public de l’île, Joan Manuel Serrat a décrit les vers du poète de Cadix José Manuel García Gómez en hommage au voyageur infatigable. Le poème, Elegía a Antonio Machado, fut alors ajusté comme un anneau de doigt à la voix de l’auteur-compositeur-interprète qui vulgarisa les créations du Sevillian. À peine une demi-heure avant le récital qu’il donnait dimanche dernier au Théâtre Royal des Cortes de San Fernando, le catalan recevait Luis García Gil et l’équipe dirigée par Pepe Freire pour participer au documentaire En medio de las olas, un film consacré à la mémoire du créateur du magazine Caleta. Il l’ a brodé, mais je pense que cela va de soi. Il était très gentil et gentil et, bien sûr, il a aussi récité avec beaucoup de professionnalisme et d’affection. Garcia Gil, fils du poète, producteur et scénariste du documentaire, n’ a eu que des mots d’admiration pour l’artiste qui m’ a même remercié pour ma participation au Cancionero sur son travail publié par Temas de Hoy alors que c’est moi qui dois vraiment le remercier pour tout, explique-t-il. Elegía a Antonio Machado est un poème de García Gómez écrit en 1956. J’ai pensé que c’était une bonne idée, et presque un rêve, que Serrat était celui qui l’ a récité dans le documentaire pour tout ce qu’il a à voir avec le travail de Machado, dit Garcia Gil qui a commencé à garder le contact avec l’auteur-compositeur-interprète après son travail Serrat, chanson par chanson et sa participation dans le livre de chansons officiel du chanteur. Avec la participation de l’auteur-compositeur-interprète, En medio de las olas ajoute une autre présence de hauteur dans ses images. Ainsi apparaîtront des poètes tels que Joan Margarit, Felipe Benítez Reyes et Juan José Téllez, d’autres artistes tels que Javier Ruibal, Miguel Poveda et Pasión Vega, l’historien Alberto Ramos Santana et des poètes qui l’ont connu et traité comme Antonio Hernández, Pilar Paz Pasamar, Manuel Mantero, Enrique Montiel et Antonio Murciano. Le tournage de Au milieu des vagues se passe très bien. Ainsi, García Gil a avancé d’autres nouvelles sur la bande sonore du documentaire. Nous avons l’importante collaboration musicale de la cantaora Carmen de la Jara et l’auteur-compositeur-interprète Fernando Lobo, a souligné le producteur qui a loué la belle guajira interprétée par le flamenco de Cadix et le bon travail du jeune artiste qui joue le poème Cadix de Torre Tavira. Le journaliste Enrique Treviño ou le narrateur Pepe Maestro, qui recrée dans La Caleta un des récitals de l’époque, participent également à un documentaire dans lequel toutes les personnalités qui apparaissent ont fait preuve d’altruisme et d’une disposition incroyable, a déclaré Garcia Gil qui attend avec impatience le moment de la première dans la prochaine édition d’Alcances.

Tamara García / Cadix | Mis à jour le 18.03.2009. Sur la photo, Joan Manuel Serrat, pendant sa participation au documentaire. Serrat reçoit un « honoris causa » qui reconnaît l’auteur-compositeur.

L’Universidad Miguel Hernández de Elche Miguel Hernández de Elche distingue l’auteur de « Penélope » Joan Manuel Serrat a déclaré hier que, avec sa nomination comme docteur honoris causa de l’Université Miguel Hernández de Elche, est reconnu comme écrivain et chanteur de chansons populaires, une œuvre qui a historiquement été une pauvre sœur dans le concert des arts. Serrat a fait ces déclarations lors d’une conférence de presse qui a précédé la cérémonie d’inauguration, présidée par le recteur de l’Université Miguel Hernández (UMH), Jesús Rodríguez Marín, au cours de laquelle le chœur universitaire a interprété sa chanson Para la libertad. Le nouveau docteur honoris causa de l’UMH, qui considérait l’investiture, par-dessus tout, comme un acte d’affection, a expliqué que ce type de distinction lui donnait une double satisfaction personnelle et de guilde. Parce qu’avec eux non seulement il est réfléchi, mais aussi un métier, qu’il a défini comme complexe et dur. Un travail qui lui a permis de faire le tour du monde et de voir à quel point les gens sont proches les uns des autres, peu importe qu’ils essaient de les séparer, mais aussi de rencontrer des gens de la culture et des gens de la rue. Serrat a reçu ce titre d’une université qui porte le nom du poète sur lequel il a réalisé deux albums monographiques, dont le dernier – Hijo de la luz y de la sombra – publié cette année pour commémorer le centenaire de la naissance de Miguel Hernández. Après avoir été interrogé par les journalistes sur la question de savoir si la société a une dette envers Miguel Hernandez, il a affirmé que cette dette est toujours valable non seulement pour le poète, mais aussi pour de nombreuses personnes de culture et de science qui ont souffert de l’ostracisme pendant 40 ou 50 ans. Il a cependant souligné qu’il se souciait surtout de ne pas tirer parti de tout l’enseignement, de tout le talent, de tout l’art et de toute la sagesse qu’ils apportaient, et que leurs œuvres ne sont pas diffusées, surtout dans les écoles. Pendant son discours en tant que docteur honoris causa, Serrat -qui s’adressa au public en espagnol et en catalan- défendit les valeurs de la chanson populaire et assura que dans certains d’entre eux, il y avait des découvertes définitives comme le théorème de Pythagore. Joan Manuel Serrat – nommé docteur honoris causa par cinq autres universités en Espagne et en Amérique latine – a expliqué que ses parents, qui ont tant souffert quand il a commencé dans le monde de la musique, serait fier de cette reconnaissance.

JOAN MANUEL SERRAT Compositeur compositeur chanteur espagnol