Warning: mysqli_real_connect(): Headers and client library minor version mismatch. Headers:100608 Library:30303 in /home/onlinegr/public_html/musiqueespagnole/wp-includes/wp-db.php on line 1753
Opéra | Musique Espagnole Skip to content

Opéra

Opéra Espagnole

Contrairement à l’oratorio, l’opéra est une œuvre destinée à être jouée. Certains genres de théâtre musical sont étroitement liés à l’opéra, comme la zarzuela espagnole, le chant allemand, l’opérette viennoise, l’opéra-comique français et la comédie musicale anglaise et américaine. Chacune de ces variantes du théâtre musical a ses caractéristiques propres, qui ne lui sont pas exclusives et, dans bien des cas, les frontières entre ces genres ne sont pas claires. Dans l’opéra, comme dans plusieurs autres genres de théâtre musical, il s’associe:

Musique (orchestre, solistes, chœur et chef d’orchestre)
Poésie (au moyen du livret)
Arts de la scène, en particulier théâtre, ballet et danse
Les arts scénographiques (peinture, arts plastiques, décoration, architecture)
Éclairage et autres effets de scène
Maquillage et costumes

L’opéra se distingue souvent des autres genres de théâtre musical par le fait que, contrairement à eux, l’opéra est un spectacle entièrement accompagné de musique. L’histoire du genre montre que cette affirmation n’est pas correcte. Bien que l’opéra diffère du théâtre récité pour la participation extraordinaire de la musique dans sa constitution, puisque les formes baroques connues comme la mascarade, les ballades d’opéra, la zarzuela et le singspiel étaient connues et souvent confondues avec l’opéra. Ainsi, les singspiele de Wolfgang Amadeus Mozart sont considérés comme des opéras, tout comme les zarzuelas de José de Nebra, tandis que Die Dreigroschenoper (The Three Cent Opera) de Kurt Weill est en fait beaucoup plus proche du théâtre récité que de l’opéra. Enfin, il y a d’autres genres proches de l’opéra comme la ballet baroque français et quelques œuvres néoclassiques du XXe siècle comme les œuvres d’Igor Stravinsky. Cependant, dans ces œuvres, la majeure partie de l’expressivité tombe sur la danse alors que le chant est relégué à un rôle secondaire. En ce qui concerne la différence entre l’opéra et le zarzuela, l’opérette, le singspiel et la musique anglaise et américaine, la délimitation est née d’une différence formelle.

Le mot « opéra » signifie « travail » en italien (du latin « opus », »obra » ou « labor ») suggérant qu’il combine les arts du chant choral et solo, de l’interprétation, du jeu d’acteur et de la danse dans une représentation théâtrale.

Certains auteurs évoquent la tragédie grecque, les chants de carnaval italiens du XIVe siècle (la mascerata italienne) et le XVe siècle (petites pièces musicales insérées lors des représentations théâtrales) comme précurseurs formels de l’opéra. 1?

Le Daphné de Jacopo Peri fut la première composition considérée comme de l’opéra, telle que nous la comprenons aujourd’hui. Il a été écrit en 1597, sous la grande inspiration d’un cercle élitiste d’écrivains humanistes florentins, connu sous le nom de Camerata de’Bardi ou Camerata Florentina. Significativement, Daphné était une tentative de revivre la tragédie grecque classique, une partie de la renaissance plus large des caractéristiques de l’antiquité, caractéristique de la Renaissance. Les membres de la Camerata considèrent que les parties chorales des tragédies grecques ont été chantées à l’origine, et peut-être le texte entier de tous les rôles; l’opéra a ensuite été conçu comme un moyen de « rétablir » cette situation. Daphné était représenté en privé pour la première fois le 26 décembre 1598 au Palazzo Tornabuoni à Florence (Italie), et en public le 21 janvier 1599 au Palazzo Pitti à Florence. 2 Daphné est perdu. Une œuvre postérieure de Peri, Eurydice, 1600, est le premier opéra à survivre. L’orfeo de Claudio Monteverdi, composé pour la cour de Mantoue en 1607, lui doit l’honneur d’être le premier opéra encore régulièrement interprété.

Historie Espagnol d’Opéra

Depuis la première moitié du XVIIe siècle, des centaines d’œuvres ont été créées en Espagne, avec des traits stylistiques qui leur sont propres et parfois très singuliers. En Espagne, ce n’est pas la même chose que dans les autres pays européens, qui imitent l’Italie pour la production d’œuvres théâtrales et lyriques, mais ces genres scéniques et chantés apparaissent presque simultanément dans les deux pays, l’Espagne et l’Italie, parce que l’empire espagnol a des territoires en Italie, ce qui avait conduit les deux pays à avoir de nombreux échanges culturels. L’opéra-bouffon italien, l’opéra-comique français, le Singspiel allemand, la comédie musicale, l’opérette française etc… sont des genres qui donnent naissance, tous, à des formes théâtrales tour à tour chantées et parlées, mais ils surgissent au XVIIIe siècle (dans le XIXe siècle dans le cas de l’opérette) quand, dès 1620, l’Italie et l’Espagne avaient déjà des opéras proprement dits et quand, dès les années 1640, l’opéra C’est l’apparition de ce dernier, zarzuela, un genre lyrique qui alterne des parties chantées avec des parties parlées en espagnol, avant même le Singspiel allemand et l’opéra-comique français, genres lyriques qui partagent aussi cette caractéristique.

Grâce à son succès, cet héritage lyrique espagnol, composé d’opéras et de zarzuelas, permet à l’Espagne d’être considérée comme l’un des pays les plus intéressés par tout type de théâtre chanté, et ce dès la naissance même de l’art lyrique. Ainsi, au milieu du Siècle d’Or, en 1622, fut créée au Palais d’Aranjuez une œuvre considérée comme précurseur de tous les opéras espagnols: La gloire de Niquea (avec la musique de Mateo Romero, Juan de Palomares, Juan Blas de Castro et Álvaro de los Ríos).4 Cette première de 1622 suit pendant une courte période les premiers opéras représentés à Rome, mais précède le premier à être joué à Venise. La France et l’Allemagne devront encore attendre la première de leurs premières œuvres d’art lyrique. La gloria de Niquea fut suivie en 1627 par La selva sin amor, 5? autre pièce entièrement chantée avec le livret de Félix Lope de Vega. La pièce a été jouée à l’Alcázar de Madrid.

Peu de temps après, c’est le Palais Buen Retiro qui devint le réceptacle habituel des œuvres lyriques de la cour espagnole. Ce palais de Madrid, aujourd’hui disparu (détruit pour la plupart en 1808, pendant la guerre d’Indépendance), comprenait un théâtre couvert dans ses salles, créé selon la mode des nouveaux théâtres en construction en Italie. Beaucoup de partitions disparues dans l’incendie qui a détruit le Buen Retiro au XIXe siècle, des dizaines de pièces de théâtre largement créé dans le théâtre du palais, bien que certains ont été conservés par d’autres sources. Parmi les compositeurs d’œuvres lyriques du XVIIe siècle, conservées à ce jour, on peut citer Cristóbal Galán, Juan de Navas, Juan de Serqueira et surtout Juan Hidalgo de Polanco (1614-1685). Parmi ces derniers, Celos aún del aire matan, 6? un opéra créé dans le théâtre du Palais du Buen Retiro en 1660, avec un livret de Pedro Calderón de la Barca, est considéré comme le plus ancien opéra chanté encore conservé en Espagne.

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, d’autres phénomènes lyriques ont enrichi les scènes d’une quantité de production difficile à quantifier: trois mille tonadillas (chansons interprétées par un ou deux chanteurs à structure tripartite imitant la langue du peuple) et douze mille zarzuelas. En plus des louanges, la danse, jácaras voitures et prigangas. Ces données représentent un peuple qui vit les paroles. Il va sans dire que les statistiques sur la consommation, les théâtres musicaux actifs, les chanteurs et l’édition des partitions de théâtre musical sont tout aussi impressionnantes. A noter en particulier les personnages de Lope de Vega (1562-1635) et Calderón de la Barca (1600-1681)

Au XVIIIe siècle, les influences se mélangent entre la zarzuela espagnole et l’opéra italien. En raison de son empire et de sa perméabilité culturelle avec l’Italie, l’Espagne a été enrichie par des compositeurs italiens qui ont composé des opéras avec livret en espagnol, comme Francesco Corradini (1700-1769) ou Luigi Boccherini (1743-1805), bien que dans l’Espagne péninsulaire, la métropole de l’empire, des scénarios ont également été écrits ou interprétés en italien. En 1799, il finit par interdire l’exécution d’œuvres qui n’avaient pas été traduites en espagnol, ce qui amena de nombreux dramaturges qui écrivaient des sainetés à traduire des œuvres de l’italien en espagnol, les nationalisant. La création lyrique espagnole qui a eu lieu pendant la première moitié du XVIIIe siècle a vu l’apparition de musiciens aussi importants que Sebastián Durón – auteur du premier répertoire à porter le label espagnol « opéra », The War of the Giants, créé en 1700-, Antonio Literes, José de Nebra, José de Nebra, Antonio Rodríguez de Hita ou Domingo Terradellas, qui a pris fin dans les dernières décennies du XVIIIe siècle en deux ans.

Le 19ème siècle a apporté avec lui un besoin de libération de la dépendance italienne, la nécessité d’une création lyrique propre. Des théâtres ont été construits et il y a eu une grande activité critique avec de nombreuses polémiques et écrits. Pour toutes ces raisons, l’opéra et la zarzuela (les deux piliers de l’art lyrique espagnol) étaient le genre principal de la musique espagnole du XIXe siècle. La première moitié du siècle (qui culmina en 1850 avec l’inauguration du Teatro Real) fut une période de grande vitalité autour de l’opéra national espagnol. Le dualisme de l’opéra et de la zarzuela a conduit à une division claire des forces. Pendant quelques années, les musiciens les plus prestigieux ont choisi le chemin de la zarzuela parce que c’est le seul qui a vraiment garanti leur succès et leur survie. Les grands maîtres spécialistes de l’opéra, Ramón Carnicer i Batlle et Baltasar Saldoni, tentèrent dès 1838 de devenir les premiers compositeurs d’opéra nationalistes espagnols encouragés par les intellectuels de l’époque, suivis plus tard par Miguel Hilarión Eslava, Emilio Arrieta (auteur de Marina), Antonio Reparaz ou Valentín Zubiaurre. L’époque de la Restauration Bourbon (débutée en 1874) permet à la classe aisée d’assister à nouveau aux spectacles et au Teatro Real de devenir avec une force renouvelée ce qu’il a vraiment servi: un lieu de scène et de représentation lyrique. Au cours des cinquante années suivantes, la culture de la musique en tant que forme d’art a été encouragée en Espagne et ce fut, jusqu’ à présent, la période la plus prolifique de l’opéra espagnol.

La première conception lyrique nationale de l’Espagne a été capturée par Tomás Bretón avec son opéra The Lovers of Teruel. Créée en 1889 au Teatro Real, elle fut jouée avec grand succès à Madrid et à Barcelone. Ensuite, les années 1890 furent une décennie dans l’histoire de l’opéra espagnol riche et complexe, une des périodes les plus importantes de l’histoire de la musique espagnole. Les musiciens espagnols ont montré qu’ils avaient une idée individuelle de ce que devrait être l’opéra espagnol, et pour cette raison ils étaient prêts à utiliser des formules italiennes, wagneriennes et populistes, mais presque toujours avec une forte couche nationaliste. Ainsi, l’opéra espagnol a produit des œuvres diverses, variées et originales, signées par exemple par Ruperto Chapí (auteur de Margarita la Tornera) ou Emilio Serrano. Dans les années 1890, deux des protagonistes musicaux les plus influents de la fin du XIXe siècle, Enrique Granados et Isaac Albéniz, apparaissent également dans le monde de l’opéra espagnol.

Au cours du XXe siècle, bien que les compositeurs alternent avec d’autres formats musicaux, l’opéra met en évidence des auteurs déjà mentionnés comme Isaac Albéniz, avec Pepita Jiménez (1896) ou Merlin (1902), et Enrique Granados avec Goyescas (1916), outre d’autres auteurs exceptionnels comme Vicente Lleó Balbastre, avec Inés de Castro (1903), Manuel Penella Moreno avec El gato montés (1916), J

fr_FRFrench