Skip to content

PERET Chanteuse Flamenco Peret Espagnole – Photos Vidéos Chanson

janvier 9, 2018
Peret

Qui est PERET?

PERE PUBILL CALAF, un cantaor tzigane de chants et de Rumba catalane, mieux connu dans le monde entier sous le nom artistique de PERET, est né à Mataró (Barcelone) le 26 mars 1935, et est décédé à Barcelone le 27 août 2014. Son père gagne sa vie comme vendeur ambulant de tissus et Peret, lorsqu’il est enfant, l’accompagne dans ses voyages commerciaux en Catalogne et aux Îles Baléares, alors il va peu à l’école. Apparemment, il a appris à lire de façon autodidacte en regardant des affiches publicitaires. Il est fan de guitare et de chant tzigane depuis son enfance, et à l’âge de douze ans, il forme un duo avec son cousin. On les appelait les Frères Monténégro. Ils ont fait leurs débuts au Teatro Tívoli de Barcelone, dans un festival pour enfants.

Photos PERET en Espagne

Peret

Chansons PERET – Flamenco espagnol

Histoire du chanteur espagnol de Flamenco PERET – Origine et Trajectoire

En 1947, par hasard, il enregistre un album qui passe inaperçu aux yeux du marché, ce qui lui permet de survivre en tant que vendeur ambulant. Il s’est même rendu en Argentine, non pas pour chanter, mais pour négocier avec des draps. Il se produit parfois dans des salles de spectacles sur la côte catalane. Peu à peu, son nom est connu à Barcelone. Ainsi, il a enregistré quelques albums qui sonnaient plutôt bien sur les radios de la région. Peu de temps après avoir épousé Fuensanta, le Père Noël, un gitan de la famille à qui il dédiera, des années plus tard, l’une de ses chansons les plus populaires: Mi Santa. Au milieu des années 60, il fait le saut à Madrid, où il est engagé par El Duende, un tablao flamenco appartenant à Pastora Imperio et Gitanillo de Triana, où il commence son ascension. Certaines de ses interprétations, comme El muerto vivo de Guillermo González Arenas colombien, ont commencé à connaître un grand succès auprès de personnes d’origines sociales différentes. Et en ce moment, un phénomène très significatif se produisit que Manuel Román décrivit dans son livre Memoria de la copla: Dans les discothèques à la mode, où la musique anglo-saxonne est programmée et les ensembles espagnols de l’époque, comme Los Bravos et d’autres du genre pop, il y a soudainement un changement brusque, après minuit, dont le tourne-disque profite pour sonner les rumbas de Peret.Enregistrements de Peret à Discophon (1963-1965)

En 1967, il enregistre Una lágrima, version rumbera d’une valse du maestro Monreal, qui remporte un brillant succès et devient l’une des chansons de l’été 1968. A cette époque, la musique puissante et vertigineuse de Peret, influencée par le mambo et le rock and roll, jouait constamment sur les radios, les disquaires, les tavernes, les tavernes, les casinos, les discothèques, les boîtes de nuit, les guitares, les grandes fêtes… Dans les années qui suivirent, tous les orchestres incorporèrent dans leur répertoire des chansons comme El gitano Antón, Don Toribio Carambola, Saboreando, Lo mato! Chaví, Canta y Be happy (avec celle qui a participé au Festival de la Canción de Eurovisión 1974), Qué cosas tiene el amor, A mí las mujeres ni fu ni fa, Castigadora, Tracatrá… Beaucoup de ses plus grands succès sont dérivés d’un style de fils cubain appelé guaracha qui a beaucoup influencé la rumba catalane. Un exemple en est le guaracha Lo mato, du Ñico Saquito de Cuba. Peret nous raconte qu’ à son jeune âge, il est allé à la salle de fête du Rialto pour danser les mambos de Pérez Prado, habillé comme un rocker: pour lui, le mélange de musique cubaine et rock est fondamental dans la création de la rumba catalane.Le bang international a été donné par Borriquito en 1971, avec des paroles et de la musique du chanteur lui-même, ce qui a coïncidé avec l’essor du tourisme en Espagne, ce qui a contribué à rendre la chanson populaire dans le monde entier et surtout en Hollande (7 semaines n ° 1), et en Allemagne (deux semaines n ° 1). En 1982, de façon inattendue, Pere Pubill abandonne radicalement son activité artistique et entre dans la section de Barcelone de l’Église évangélique de Philadelphie. Pendant neuf ans, il a pratiqué à plein temps le travail religieux. Plus tard, sans abandonner sa croyance religieuse, il cesse son activité pastorale et crée une maison de disques. Depuis, il est réapparu sporadiquement sur scène. En 1992, il a participé à la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Barcelone avec Los Manolos, Los Amaya et d’autres exposants de la rumba catalane. En 1998, il a reçu la Croix de Sant Jordi en 1998. En 2000, il enregistre un nouvel album Peret: Rey de la rumba, aux côtés de solistes et de groupes pop comme Jarabe de Palo, Carlos Jean, Jabier Muguruza et David Byrne (de Talking Heads). En 2006, il participe à l’album hommage à Joan Manuel Serrat, avec le titre Per al meu amic Serrat (Discmedi, 2006), dans lequel il interprète la chanson au rythme de rumba Me? n vaig a peu. En 2007, il présente un nouvel album avec des chansons inédites, intitulé Que levante el dedo et prépare le livre La Biblia de la Rumba prochaine édition. Toujours en 2007, Joan Manuel Serrat et Joaquín Sabina rendent hommage à Peret en incorporant la chanson El muerto vivo (The Dead Dead Dead One) au répertoire de leur tournée commune Dos pájaros de un tiro. Lors du premier concert à Barcelone au Palau Sant Jordi, Peret accompagne les deux auteurs-compositeurs-interprètes sur scène. Peret participe à l’album collectif de La Marató de TV3 dans son édition 2007 avec une version catalane du thème Live is life (Vine amb mi) du groupe autrichien Opus. Personnellement, en juillet 2008, il a annoncé sa séparation de son épouse, après 50 ans de mariage. La chanteuse entretient une relation sentimentale avec une jeune chanteuse de 19 ans, qui est aussi son parrain artistique.

Succès de chanter PERET – Actualités

Le Conseil d’Administration de l’Académie des Arts et Sciences de la Musique a décidé à l’unanimité de décerner à Pere Pubill Calaf, Peret, le Prix Lifetime de la 14ème édition des Music Awards. Le chanteur catalan recevra le prix lors du gala de remise des prix qui se tiendra cette année le 4 mars au Teatro Hagen Dasz Calderón de Madrid. Pour l’Académie de Musique, Peret est à la rumba catalane ce que John Lee Hooker peut être au blues ou Dylan au folk électrisé. Je veux dire, un pionnier. Peret est né à Mataró en 1935, mais a grandi dans le quartier de Barcelone El Raval. Depuis ses débuts avec sa sœur Pepita sur les conseils d’administration de Tivoli à Barcelone en 1947, ils ont passé plus de six décennies de joie distribuées à mains nues et ascendantes sur plusieurs générations d’artistes: de l’Amaya à Estopa et de Las Grecas à Macaco. Nova cançóSon apprentissage s’est développé dans les rues et les marchés, où il a accompagné son père, un commerçant textile connu de tous comme Mig Amic. C’est ainsi que Peret nomma une de ses chansons, un hommage à son père qui, selon les mots de Manuel Vázquez Montalbán, est la meilleure chanson du nouveau cançó catalan. Le garçon avait une vocation musicale inconnue jusqu’alors dans sa famille et bientôt la guitare devint son ombre et sa grâce innée le rapprocha des fêtes de rumberas plutôt que de la commercialisation des draps. À l’instar de Bob Dylan, la vie de Peret a été bouleversée par un accident de moto à l’âge de 16 ans, et depuis, il a connu une carrière artistique. Les représentations arriveront au Teatro Victoria del Paral-lel avec ses fidèles palmeros, les premiers singles, le déménagement à Madrid et l’immense popularité des années 1960 et 1970. C’était une époque où les disc-jockeys des clubs mettaient de côté un espace pour leurs rumbas. L’album Peret de 1968, qui comprend des tubes tels que Una lágrima, El gitano Antón, Amor a todo gas, et qui a été inclus par le prestigieux magazine Rockdelux dans la liste des 100 meilleurs disques espagnols du XXe siècle, remonte à 1968. Peak of popularityEn 1974, il a atteint le sommet de sa popularité en représentant l’Espagne au Festival Eurovision avec le chant et être heureux; peu de temps avant, sa chanson Borriquito a été numéro 1 en Espagne, Hollande et Allemagne. Dans les années 80, il vécut consacré à l’évangélisation et, plus tard, à surmonter une grave maladie. Peret est revenu dans les années 90 et à ce jour, il continue d’enregistrer et de s’occuper d’un héritage qui a une continuité. Comme le montre l’album hommage édité par Chewaka en 2000, où il y a des versions réminiscentes de ses succès en compagnie des admirateurs des nouvelles générations: Ojos de Brujo, Los Enemigos, Fermín Muguruza, Amparanoia et David Byrne. Critique des mélodiesEn 2009, il a donné une critique des mélodies qui ont marqué son enfance, comme Rascayú ou María de la O, sur l’album De los cobardes n’ a jamais rien écrit. EUROPA PRESS. MADRID, El cantante Peret. Photo: ARCHIVE / ALBERT BERTRAN Peret, fils préféré de Mataró

L’Hôtel de Ville a approuvé l’octroi de ce titre pour la première fois au chanteur né dans la rue de La Palma Le chanteur Pere Pubill Calaf, connu sous le nom de Peret et natif de Mataró, sera nommé comme le fils préféré de la ville par le conseil municipal de la capitale de Maresme, qui n’ a jamais accordé ce titre jusqu’ à présent. La session plénière du Conseil municipal de Mataró a approuvé l’octroi de ce titre pour la première fois, qui est la plus grande catégorie parmi les distinctions accordées par un consistoire et ne peut être attribué à des personnes nées dans la ville avec une carrière qui mérite la reconnaissance et des remerciements officiels. La première distinction de Favorite Son décernée par la Mairie de Mataró sera décernée dans un acte institutionnel dont la date reste à déterminer. La décision d’attribuer cette distinction à Peret est le résultat de l’initiative promue en décembre dernier par l’Asociación Cultural Gitana del Maresme, qui a été rejointe par une douzaine d’autres entités de la ville. Peret est considéré comme l’inventeur du style de jeu de guitare connu sous le nom de ventilateur, important dans la rumba catalane. Né dans la rue de La Palma de Mataró le 26 mars 1935, le musicien a une longue carrière qui l’ a conduit à se produire dans les meilleurs festivals européens et latino-américains. Peret a également participé à une douzaine de films et est devenu l’une des figures les plus populaires de la musique espagnole. En 2004, Mataró lui rendit déjà hommage en profitant du réaménagement de la rue de La Palma en plaçant une plaque au numéro 15, la maison où il était né.

Mataró (Barcelone) (EFE) – 08/03/2011 – Peret, dans une photo d’archive LVE/Llibert Teixidó Peret: le trône est vide

Le chanteur meurt à l’âge de 79 ans à Barcelone, un mois après avoir annoncé son départ à la retraite pour cause de cancer du poumon. Il fut le créateur et le principal représentant de la rumba catalane.
Peret, figure incontournable de la culture populaire espagnole du dernier demi-siècle, est décédé hier à l’âge de 79 ans dans une clinique de Barcelone où il avait été hospitalisé depuis fin juillet pour cancer du poumon. Bien que le débat n’ait jamais été complètement réglé – son rival, Antonio González El Pescaílla, qui était en fait son ami, a revendiqué avec véhémence le certificat de paternité, et Peret s’est retourné comme un roi indigné à chaque fois qu’il a dû se rappeler avec véhémence que l’invention était la sienne – c’est sans doute lui, Pedro Pubill Calaf, né en 1935 dans le village tzigane de Los Corrales, qui, qui, en 1935. Sa vie a commencé près de la misère et de la famine, dans les antipodes de gloire qu’il a atteint dans les années 1960 et 1970, une époque où il s’est fait une place dans l’imaginaire populaire qu’il n’ a plus perdu malgré sa retraite ou semi-retraité saisons. Pendant des années, après avoir atteint le sommet, il s’est consacré corps et âme à sa famille et à ses devoirs de prédicateur à l’Église évangélique de Philadelphie, où il est entré après avoir vécu une épiphanie (dans sa mémoire littérale) à la fin de novembre 1982. Comme il l’ a dit à Juan Puchades dans Peret: Biographie intime de la rumba catalane, conduisant sa BMW à travers le National II, en route pour Mataró, il a soudain ressenti un bonheur inexplicable après avoir vu un jet noir sortir de sa poitrine, comme quand le pétrole sort de la terre, tiré. A partir de là, il alterne plusieurs réapparitions et retraits. La maladie le surprend lorsqu’il achève la sortie de son premier album en catalan et l’enregistrement d’un nouvel album en espagnol. Fils de commerçants de rue de Reus, qu’il aida dès son plus jeune âge, mais aussi tapissier, menuisier et vendeur d’aluminium, Peret était trempé depuis son enfance dans les chants de Levante dans les tavernes de Mataró, où il y avait toujours quelqu’un qui prenait la guitare, et il pouvait être parfaitement son père, qui la jouait aussi et souvent l’apportait à ces réunions, et la fête était déjà organisée. Le chanteur, cependant, a toujours lié sa création davantage au rock – avec Elvis Presley vivait un coup de foudre, et il y a certainement quelque chose de la rythmique et des solutions sonores, de l’élan fébrile du premier rock & roll, dans ses rumbas – et au mambo radieux de son admiré Pérez Prado, en plus d’autres éléments mélodiques et percussifs de la musique cubaine. Sa façon de chanter sur ce cadre, flamboyant, hypercastiquant, ne suffisait pas à Peret pour relier pleinement sa rumba au flamenco, en partie parce qu’il l’irritait que les érudits le considéraient pseudoflamenco ou un simple sous-genre du flamenco. Santiago Auserón, toujours attentif à la musique avec des racines, a écrit que Peret représente le moment dans lequel la pop espagnole est née, le naturel rythmique de l’espagnol sans complexes, alternant avec des rythmes étrangers. Les théories et la taxonomie, bien sûr, sont venues beaucoup plus tard. Au début, il n’ y avait qu’un seul enfant qui jouait à la maison et dans la rue ou, depuis l’âge de 12 ans, avec son cousin Pepi dans le duo Hermanos Montenegro. À cet âge, il a déjà offert sa première prestation solo, au Tivoli de Barcelona dans un récital présidé par Eva Perón. Peu de temps après, il a commencé à travailler avec la cantaora La Camboria. En 1962, il enregistre pour la première fois son premier disque et avec elle, il tente sa chance à Montevideo et Buenos Aires. Il avait déjà prévu d’acheter un chariot à son retour pour vendre des noix et des fruits secs, mais il pouvait gagner sa vie d’une manière différente: en son absence, ce single avec les chansons Ave María, Lola y Recuer l’avait tellement aimé que les maisons de disques se sont collées ensemble pour signer un deuxième album. A cette époque, entre la fin des années 1960 et les années 1970, il a atteint son apogée, et même sa renommée en dehors de l’Espagne grâce à sa participation à des festivals et des concours internationaux (à Cannes, il a présenté Una lágrima en 1968); En 1974, Eurovisión apporte son Canta y Sé feliz (chanson et bonheur, neuvième mais qui devient un hymne durable) et des apparitions télévisées comme l’émission britannique à succès This is Tom Jones, dirigée par le célèbre chanteur. Dans les années 80 et 90, sa carrière décline, en partie par manque d’apparence, et seuls quelques remixes de vieux tubes orientés discothèques le gardent présent. Il fut cependant l’un des artistes invités à la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques en 1992. Il a ensuite joué dans un couple de comebacks, encore une fois comme un tourbillon, généralement soutenu par des collaborations avec des vendeurs du moment. En tout cas, le travail, pour cet homme qui n’aimait pas se dire artiste, était déjà fait. Avec des chansons comme celles citées, et avec d’autres comme Borriquito, Y no estaba muerto ou Gitana.

PERET chanteur de flamenco espagnol

fr_FRFrench